Vente, Location, Gérance et Syndic depuis plus de 70 ans
23 déc

Votre agence immobilière de Voisins-le-Bretonneux fait le point sur 2018

06©-lefebvre_jonathan-copy

Si vous souhaitez vous lancer dans l’acquisition d’un bien immobilier, les conditions en 2018 seront-elles aussi excellentes qu’en 2017 ? Pour rappel : cette année a été exceptionnelle. Les volumes de ventes de logements dépassent largement les niveaux de la « période haute » de 1999-2007. Alors qu’en sera-t-il de 2018 ? Le mouvement de hausse des taux entamée il y a un an freinera-t-il la frénésie d’achat des Français et pourrez-vous acheter dans d’aussi bonnes conditions ? Votre agence immobilière de Voisins-le-Bretonneux fait le point.

Rappelons tout de même que cette hausse des taux de crédit est légère. Ainsi en octobre 2017, les emprunteurs pouvaient encore bénéficier de 1,45% sur 20 ans. « Cela reste exceptionnel », explique Philippe Taboret, directeur adjoint. Les prévisions du courtier envisagent, sauf événement imprévu, que les taux devraient atteindre les 2% sur 20 ans d’ici la fin de l’année 2018, soit le même niveau qu’en janvier 2016. Et le courtier Cafpi ne s’arrête pas là. Il est confiant. Selon lui, 2018 sera une année certes moins bonne pour le marché de l’immobilier que l’année 2017, mais pas une mauvaise année. Dans le cas où les réformes inciteraient les particuliers à lancer leurs projets immobiliers et ne désolvabiliseraient pas une partie de la clientèle, il table sur 160 milliards d’euros de crédits immobiliers distribués en 2018 pour l’accession à la propriété. Des chiffres qui sont proches des prévisions de cette année à 163 milliards.

Et si le marché se grippait ?
Recentrage du PTZ et du dispositif Pinel, suppression des APL Accession, réforme des HLM, tout ou presque a été envisagé par le gouvernement ces derniers mois pour réformer le marché du logement. Le succès des réformes annoncées pour réaliser un choc de l’offre n’est pourtant pas assuré. « Les primo-accédants, qui portent le marché immobilier, risquent de souffrir d’une conjonction de mauvaises nouvelles », souligne Philippe Taboret. Suppression des APL Accession, recentrage du PTZ, hausse des taux de crédit, hausse des prix…, autant de facteurs susceptibles de les sortir du marché immobilier. Dans ce cas, l’année 2018 sera plus contrastée !

O.D. / Bazikpress © lefebvre_jonathan

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée