Vente, Location, Gérance et Syndic depuis plus de 70 ans
27 Sep

Vente de maison à La Celle-Saint-Cloud : le point avec les Notaires de Paris-Ile-de-France

Vous envisagez de vendre votre maison de La Celle-Saint-Cloud ? Vous êtes à la recherche d’une villa ou d’un bungalow sur les versants est et ouest du vallon de la Drionne ? Vous avez donc besoin d’avoir des chiffres sur le marché immobilier dans la commune des Yvelines. « Une stagnation au 2e trimestre 2014 pour les ventes et des prix en légère baisse », titrait tout récemment les notaires de Paris-Île-de-France en publiant leurs dernières statistiques concernant la situation du marché immobilier francilien au second trimestre 2014. L’occasion pour nous, ce mois-ci, de faire le point sur la situation du marché immobilier des maisons anciennes  à La Celle-Saint-Cloud , et plus largement dans les Yvelines, sur  la Grande Couronne et sur l’ensemble de la région.

Le prix médian d’une maison dans les Yvelines  s’élevait à 353 500 € très exactement au second trimestre de cette année, en recul de 3% par rapport au mois de juin 2013. Le volume des ventes est lui aussi en recul sur un an, avec  une baisse de  1% dans les Yvelines  et de 6% sur la Grande Couronne par rapport au second trimestre 2013.

Si l’on observe les chiffres pour l’ensemble des maisons en Île-de-France, il fallait débourser 315 100 € au 3e trimestre 2011, au moment où les prix avaient alors atteint leur point haut. Au 2e trimestre 2014, il faut désormais compter 291 900 € pour devenir propriétaire, soit 23 200 € de moins et 7,4% de moins qu’au 3e trimestre 2011.

En phase avec les évolutions actuelles, le recul total des prix des maisons du 3e trimestre 2011 au 2e trimestre 2014 s’avère plus marqué en Petite Couronne qu’en Grande Couronne (-6,4% en Seine-et-Marne, -7,6% dans les Yvelines, -7,1% dans l’Essonne et -6,5% dans le Val d’Oise).

Au total et au fil des mois, les variations très modérées des prix ont fini par additionner une baisse des prix qui oscille, selon les marchés et les départements, entre 3% et 8,9% par rapport au point le plus haut. Cette diminution doit cependant être relativisée et mise en regard avec la violente poussée des prix observée en 2011. À cette période, et en un an, la hausse annuelle des prix avait dépassé 20% dans la Capitale.

P.M. / Bazikpress © Unclesam – Fotolia.com

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée